LA TOMBE DU SOLDAT INCONNU

La tombe du Soldat inconnu est une sépulture dans laquelle repose les restes d’un soldat, disparu au front, lors de la Première Guerre Mondiale. Ce soldat inconnu, tout de même reconnu français malgré le fait qu’il soit anonyme représente symboliquement tous les soldats morts au cours de cette grande guerre. La tombe se trouve sous l’Arc de Triomphe, situé sur la place de l’Etoile, à Paris.

La flamme de l’Arc de Triomphe fut allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 par André Maginot, qui avait auparavant présidé à la désignation du soldat inconnu dans la citadelle de Verdun, le 10 novembre 1920.

Lors de cette cérémonie, Auguste Thin, jeune soldat de deuxième classe appartenant au 132ème régiment d’infanterie fut chargé de désigner le cercueil du soldat inconnu, qui reposera sous l’Arc de Triomphe.

Le choix du cercueil s’est fait parmi huit autres cercueils entreposés dans une chapelle ardente, au cœur de la citadelle de Verdun. A l’intérieur de ces derniers reposaient les huit corps de soldats français, morts dans les huit régions ou s’étaient déroulés les combats les plus meurtriers de cette guerre : En Lorraine, en Champagne, en Artois, en Flandres, en île de France, dans la Somme, au Chemin des Dames, et bien sûr, à Verdun.

Auguste Thin, engagé volontaire en 1919 et également « pupille de la Nation » (car fils d’un combattant disparu pendant la guerre) fit le choix du 6ème cercueil. En effet, en additionnant les chiffres de son régiment, le 132, cela lui donne le chiffre 6. De plus, il appartient au 6ème corps. Sa décision était prise, ce sera le 6ème cercueil qu’il rencontrera.

Dans la citadelle, les cercueils furent disposés en deux colonnes de quatre. Partant de la droite de ceux-ci, Auguste Thin longea les quatre cercueils, puis il tourna à gauche pour passer devant le 5ème cercueil, et s’arrêta enfin devant le 6ème cercueil. Sur ce dernier, il déposa un bouquet d’œillets blancs et rouges, puis se figea au garde-à-vous.

Dans la foulée du choix du cercueil du Soldat inconnu, celui-ci quitte Verdun sous escorte militaire afin de rejoindre le Panthéon à Paris, où le président de la République prononce une allocution. Veillé toute la nuit sur la place Denfert Rochereau dans le 14ème arrondissement, le cercueil fait une entrée solennelle sous L’Arc de Triomphe, le 11 novembre 1920.

C’est seulement le 28 janvier 1921, en présence des autorités civiles et militaires, que le cercueil est mis en terre. Puis, l’idée de faire brûler une flamme sur la tombe est émise dans le courant de l’année 1921. Initialement conçue pour être allumée tous les 11 novembre, deux journalistes proposèrent en 1923, de la ranimer tous les jours à 18h30 par des anciens combattants.

Depuis ce temps, chaque soir à la même heure, le ravivage de la Flamme de la Nation sur la tombe du Soldat inconnu est assuré par le Comité de la Flamme, qui représente 760 associations d’anciens combattants.

VEAU Antoine, administrateur de l’ANMAM