Accueil | Newsletter semaine 8/2022

Newsletter semaine 8/2022

PERMANENCES DE L’ANMAM sur RDV
Au siège parisien :Tél 06 59 43 42 10
Le 10 mars 2022 DE 14 h 00 à 16 h 30
Dans le Var : Tél 06 14 19 86 54
le 22 février et le 16 mars 2022 à la maison du combattant du 10 h à 12 h au Pradet place du 8 mai 1945 (ancienne gare SNCF) – repas à l’issue pour celles ou ceux qui veulent bien se joindre à la gouvernance (inscription la veille au plus tard par mail : contact@tous-les-marins.org).

CLEMENCEAU 22
Coopération de haut niveau des groupes aéronavals italien et français en Méditerranée.
Du 3 au 5 février 2022, le groupe aéronaval (GAN) français, déployé dans le cadre de la mission CLEMENCEAU 22, a poursuivi ses interactions avec ses partenaires européens lors d’un Dual Carrier Opération (DCO) de haut niveau avec le GAN italien.
Pour la force aéromaritime multinationale rassemblée autour du porte-avions français Charles de Gaulle et pour le groupe italien constitué autour du porte-aéronefs Cavour, l’objectif de ce DCO est de s’entraîner conjointement dans les différents domaines de lutte : projection de puissance, anti-surface, anti-aérienne, et anti-sous-marine.
L’ensemble des unités de combat déployées est pleinement mobilisé dans une phase d’affrontement des deux groupes. La lutte en surface et dans les airs est intense et les manœuvres font s’affronter aussi bien les unités de surface que les aéronefs des groupes aériens embarqués, les Rafale Marine se confrontant aux avions Harrier italiens.
Au-delà de ces affrontements simulés, ce DCO est aussi l’occasion de renforcer les liens entre deux marines partageant des intérêts communs, et notamment en Méditerranée, et ce, dans le contexte plus global de coopération bilatérale renforcée, entérinée par la signature le 26 novembre 2021 du traité de partenariat stratégique dit « du Quirinal » entre la France et l’Italie.

BATHIBO
BathyBot sera bientôt le premier engin mobile sous-marin au monde installé en permanence à 2 500 mètres de profondeur. Le but : percer les mystères des abysses. Ce jeudi 13 janvier 2022, au centre de l’Ifremer à la Seyne-sur-Mer (Var), une grue a déposé doucement au fond d’un bassin d’essai, le petit «rover» blanc et jaune monté sur chenillettes. L’engin est piloté depuis la surface à l’aide d’une liaison très haut débit depuis la station de contrôle.
Il enregistrera des paramètres environnementaux comme le courant, la salinité, la florescence. «On connaît moins l’océan profond que la Lune», explique Christian Tamburini du CNRS, chercheur à l’Institut méditerranéen d’océanologie. «On ne sait pas ce qui s’y passe, ni les organismes qui y vivent». La profondeur moyenne des océans, qui recouvrent 70 % de la surface terrestre, est de 3 800 mètres. La plupart des recherches scientifiques se font dans les couches proches de la surface, où se concentre la vie. Mais à l’heure de la crise climatique, il est vital de comprendre les changements que le réchauffement fait subir aux océans et comment il va influer sur ces puits de carbone naturels, qui séquestrent près du tiers du CO2 émis par les humains.

QUELQUES GRANDES COMPETITIONS NAUTIQUES ACTUELLES
La course de l’América est la plus prestigieuse et la plus ancienne. Elle oppose le tenant du titre a un challenger qui lui lance un défi. Depuis 1983, cette course est associée a la coupe Louis Vuitton, aussi prestigieuse qu’elle, et qui permet la sélection des challengers.
Le Trophée Jules Verne n’est pas à proprement parler une course, mais un défi au recordman en titre. C’est un tour du monde en équipage, sans escale et sans assistance, dont le trajet mesure 40 000 km. Il a été créé en 1992.
La Transat Jules Vabre relie Le Havre à l’Amérique du Sud, en double, sans escale et sans assistance. On l’appelle également «Transat en double» ou «Route du café». Elle se déroule tous les deux ans depuis 1995.
La Route du Rhum est une traversé de l’Atlantique en solitaire, entre Saint Malo et Pointe à Pitre, organisée tous les quatre ans depuis 1978. Sa première édition a été marquée par la disparition d’Alain Colas sur Manuvéva (voilier racheté ensuite par Bernard Tapie).
Le Vendée Globe est un tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Il a lieu tous les quatre ans depuis 1989 et part des Sables d’Olonne pour y revenir via les mers australes, le cap de Bonne Espérance et le Cap Horn.
La Solitaire du Figaro e lieu tous les trois ans sur des parcours chaque fois différents. Le bateau est identique pour tous les concourants. La course dure un dizaine de jours. Elle est ouverte aux amateurs.

MEDITERRANNE OCCIDENTALE
Surveillance d’un bâtiment collecteur de renseignements russe dans les approches maritimes françaises.
Du 23 au 26 janvier 2022, plusieurs moyens aériens et maritimes ont été mobilisés dans les approches maritimes françaises, en Méditerranée, pour assurer la surveillance du bâtiment de collecte de renseignement russe Vasiliy Tatishchev. Des avions de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale, des chasseurs Mirage 2000 de l’armée de l’Air et de l’Espace, ainsi que les deux Frégates de type La Fayette (FLF) Aconit et Surcouf se sont ainsi relayés, sous les ordres du commandant de la zone maritime Méditerranée, pour s’assurer des intentions et de la cinématique de ce navire. Sous la coordination du Centre des opérations de la Méditerranée (COM), ces moyens ont contribué au volet de Défense maritime du territoire (DMT) de la Posture permanente de sauvegarde maritime (PPSM), en lien avec la chaîne sémaphorique de la Marine nationale. Tout au long du transit du Vasiliy Tatishchev, du golfe du Lion jusqu’à la Corse, cette surveillance a été conduite de manière professionnelle et conformément aux usages en vigueur. La présence permanente et ostensible de moyens militaires français à proximité du Vasiliy Tatishchev démontre la capacité de la France à surveiller et à protéger ses approches maritimes en Méditerranée, en particulier face à ses compétiteurs.

ORDRE DU JOUR n° 12 DU CHEF D’ÉTAT MAJOR DES ARMÉES
Date: 17 février 2022 à 19:04:02
MINISTÈRE DES ARMÉES

É T A T – M A J O R D E S A R M É E S
Ordre du jour n° 12 du général d’armée Thierry Burkhard Chef d’état-major des armées.
Officiers, sous-officiers et officiers mariniers, soldats, marins, aviateurs, d’active et de réserve, personnel civil des armées,
Le président de la République a annoncé ce jour sa décision de retirer la force Barkhane du territoire malien.
Depuis 2013, à la demande des autorités maliennes, les armées françaises sont engagées au Mali pour lutter contre le terrorisme. Durant ces neuf années, nous avons payé le prix du sang pour accomplir notre mission. 59 militaires français sont morts au Sahel, dont 52 au Mali. Je m’incline devant leur mémoire. Nous ne les oublierons pas. Je salue nos camarades qui ont été blessés dans leur chair, dans leur âme. Enfin, mes pensées vont aux familles endeuillées et meurtries par la mort ou la blessure d’un être cher.
À tous, je veux dire que le sacrifice de nos camarades, morts dans l’exécution de la mission, n’a pas été inutile, que nos efforts n’ont pas été vains. Durant ces neuf années, les armées françaises ont rempli les missions qui leur ont été confiées. Le Mali ne s’est pas effondré, il n’est pas devenu un sanctuaire du terrorisme international.
Pour cela, nous avons combattu en première ligne Al Qaïda, Daech et leurs affidés, ne laissant aucun répit aux groupes armés terroristes. Depuis les airs et au sol, nous avons frappé les zones refuges, neutralisé de nombreux chefs et démantelé des réseaux, patrouillant sans relâche dans des conditions souvent extrêmes et parmi les populations les plus exposées à la menace. De manière directe ou indirecte, c’est l’ensemble des armées, directions et services qui ont contribué à cet effort hors norme qui nous a permis de remporter ces succès opérationnels.
Avec nos alliés, en particulier européens et américains, avec nos partenaires africains, en particulier sahéliens, et avec l’appui de la communauté et des organisations internationales, nous avons œuvré dès 2013 pour reconstruire et consolider les forces armées maliennes, qui étaient en grande difficulté face aux groupes armés terroristes.
Progressivement, nous avons renforcé notre partenariat de combat au profit des FAMa. Avec ces militaires maliens qui, chaque jour sur le terrain, font la preuve de leur courage et de leur engagement, nous avons tissé des liens de confiance et de respect mutuels, de ces liens qui naissent des combats menés côte à côte et du sang versé ensemble.
Les FAMa et la force Barkhane, et en son sein la force Takuba, ont obtenu des succès militaires remarquables et reconnus. Depuis janvier 2020 et le sommet de Pau, les armées et leurs partenaires ont empêché l’État Islamique au Grand Sahara, affilié à Daech, de constituer un califat territorial qui aurait menacé tout le Sahel. Nous avons aussi permis de mettre fin aux attaques de grande ampleur, qui s’étaient soldées par la mort de très nombreux soldats maliens et nigériens fin 2019 et début 2020.
Parce que la solution face au terrorisme n’est pas, et ne sera jamais, seulement militaire, la force Barkhane a systématiquement encouragé et appuyé le retour de l’État malien dans le Nord. L’administration est revenue à Tombouctou et à Gao. Plus important encore, en améliorant la sécurité dans nos zones de responsabilité, nous avons permis aux populations de bénéficier de l’aide au développement et de l’action des organisations humanitaires.
Le moment est pourtant venu de quitter le Mali. Au cours des derniers mois, sans paraître tenir compte des efforts consentis par la communauté internationale, la junte qui gouverne à Bamako a méthodiquement créé les conditions qui l’ont conduite dans une impasse. Arrivée au pouvoir par deux coups d’État successifs, elle a fait le choix d’une fuite en avant.
Les conditions nécessaires à la poursuite de l’engagement militaire français aux côtés des FAMa, face aux groupes armés terroristes, ne sont plus réunies. Le président de la République en a tiré les conséquences. Tout en réaffirmant la volonté de la France de participer à la lutte contre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’Ouest, il a décidé de poursuivre la réarticulation de notre dispositif entamé en juillet 2021, en ordonnant le retrait de la force Barkhane du Mali.
Avec cette réarticulation, les critiques ne manqueront pas, les remises en cause non plus. Certains voudront certainement dresser un parallèle avec le retrait américain d’Afghanistan l’an dernier, parleront de défaite, de déroute même. Rien ne serait plus inexact. Nous ne quittons pas le Mali sous la pression des groupes armés terroristes et nos capacités militaires comme notre détermination à combattre le terrorisme dans la région sont intactes.
Le Sahel n’est pas condamné à vivre sous le joug du terrorisme et de la violence. Avec nos alliés européens et américains, nous allons poursuivre le combat aux côtés de nos partenaires africains, pour préserver la sécurité de la France et de l’Europe. Nous aiderons les pays qui le souhaitent, en appuyant leurs armées dans leur montée en puissance et dans la prise à leur compte de la lutte contre le terrorisme. Nous aurons également le souci permanent de préserver notre liberté d’action, gage de notre capacité à nous adapter rapidement aux évolutions de la situation.
Soyons fiers de tout ce que nous avons accompli, dans des conditions toujours difficiles et exigeantes. Nous n’avons jamais failli, et nous n’avons jamais renoncé face aux groupes armés terroristes.
Je sais pouvoir compter sur votre professionnalisme et votre engagement pour continuer à remplir les missions qui nous sont confiées, aux côtés de nos alliés et de nos partenaires.

REPAS DE L’ARRIVEE DU PRINTEMPS
Les conditions sanitaires s’améliorent et nous pourrons nous retrouver au repas du Printemps organisé par l’ANMAM. Ce repas proposé par le lycée hôtelier de TOULON aura lieu le 17 mars 2022 à 12h00 et les personnes intéressées pourront s’inscrire dès ce jour par mail uniquement (mail : contact@tous-les-marins.org.). Les marins et les anciens marins de passage dans la ville de TOULON peuvent s’y joindre (tel 06 59 43 42 10). Attention : places limitées à 20 personnes. Parking auto conseillé : place d’Armes.

FEDERATION NATIONALE ANDRE MAGINOT
Vous le savez tous, nous sommes affiliés à la FEDERATION NATIONAL ANDRE MAGINOT et nous avons pensé qu’il fallait vous parler de cette fédération, aînée de toutes les fédérations d’anciens combattants qui abrite sous son aile des associations patriotiques comme l’ANMAM qui peut à son tour parrainer des structures plus petites qui chercheraient une affiliation de qualité, efficace, à cotisation modeste et à l’écoute des présidents affiliés.
C’est exactement ce que nous recherchions, et nous en sommes ravis car les rapports sont excellents et toutes nos questions obtiennent une réponse adaptée. Le président national de la fédération reçoit les présidents d’associations affiliées à leur demande. Veuillez prendre connaissance ci-après de l’historique de la fédération.

 

A la semaine prochaine (semaine 9)

bonne lecture

Le comité de rédaction.