Accueil | Newsletter semaine 5/2022

Newsletter semaine 5/2022

PERMANENCES DE L’ANMAM sur RDV
Dans le Var : Tél 06 14 19 86 54 (sur RDV)
Le 1er février 2022 à la maison du combattant du 10 h à 12 h au Pradet place du 8 mai 1945 (ancienne gare SNCF).
Un repas à l’issue pour celles ou ceux qui veulent bien se joindre à la gouvernance avec inscription préalable avant le 31 janvier (minuit) par mail : contact@tous-les-marins.org)

UNE RÉUSSITE FRANCAISE : LE VAISSEAU DE 74
Les vaisseaux à trois ponts avaient une puissance de feu considérable, mais ils étaient lourds, peu manoeuvrants et horriblement chers. Sous l’impulsion de Maurepas, au début du règne de Louis XV, les constructeurs français furent confrontés à un défi technologique : imaginer un deux ponts puissamment armé. De leurs réflexions naquit le vaisseau de 74 qui devint rapidement un bâtiment standard de la flotte française.
Le vaisseau de 74 était armée de 28 canons de 36 à la batterie basse, 30 canons de 18 sur le pont supérieur et 16 canons de 8 sur le gaillards. Son équipage comprenant 500 hommes en temps de paix et plus de 700 en temps de guerre. L’amiral anglais Augustus Keppel, qui visitait un « 74 » français capturé, disait de ce vaisseau : « Il surpasse toute la Marine Anglaise . Je ne puis m’empêcher de penser que de c’est une honte pour les Anglais qui font toujours grand cas de leur marine. » Les autorités anglaises comprirent le message ; elles s’empressèrent de le copier.

 

 

LE PORTE AVIONS CHARLES DE GAULLE BIENTÔT EN MISSION
Le prochaine mission du porte-avions Charles de Gaulle se concentrera sur la Méditerranée et la mer Noire par Laurent Lagneau
La mission Clemenceau 2022 que s’apprête à mener le groupe aéronaval français [GAN, encore appelé Task Force 473 ou bien encore, et c’est nouveau, « French Carrier Strike Group »] aura un profil particulier par rapport à celles qui ont été conduites durent ces dernières années.
En effet, le porte-avions Charles de Gaulle n’aura pas à traverser le Canal de Suez pour naviguer, avec son escorte, dans l’océan Indien ou dans le golfe Persique… Pas plus qu’il ne se rendra dans l’Atlantique Nord, comme en 2020. Et pour cause : il ne quittera pas la Méditerranée. Et ce n’est pas une surprise, quand on se souvient des propos tenus par le président Macron, le 13 juillet 2020.
« La zone Méditerranée sera le défi des prochaines années tant les facteurs de crise qui s’y conjuguent sont nombreux : contestation des zones maritimes, affrontements entre pays riverains, déstabilisation de la Libye, migrations, trafics, accès aux ressources », avait résumé le locataire de l’Élysée, avant d’en appeler à une « véritable politique européenne pour la Méditerranée ».
Et d’insister : « La Méditerranée ne peut construire une paix durable sans nous, nous ne pouvons accepter que notre avenir soit construit par d’autres puissances ».
Lors du point presse du ministère des Armées, le 20 janvier, l’amiral Gilles Boidevezi, commandant de la zone maritime Méditerranée [CECMED], a rappelé que, au-delà des conflits et des tensions, cette mer, qui ne représente que 1% de la surface des océans, est le lieu de transit de « nombreux flux, tant licites [25% du trafic mondial et 65% de flux énergétiques des pays de l’Union européenne] qu’illicites [migrations, stupéfiants, armes, traite d’êtres humains], ce qui n’est pas sans conséquence(s) sur la sécurité du Vieux Continent.
La présence française dans la zone s’avère donc nécessaire pour défendre nos intérêts économiques et sécuritaires » ainsi que pour « réaffirmer notre attachement à la liberté de circulation aérienne et maritime comme au respect du droit international », a expliqué l’amiral Boidevezi. préfet maritime de la méditerranée.
Le porte-avions Charles de Gaulle appareillera de Toulon au début du mois de février, avec, à son bord, un groupe aérien embarqué [GAé] composé d’une vingtaine de Rafale M F3R des Flottilles 12F et 17F, de deux E-2C Hawkeye de la Flottille 4F et de plusieurs hélicoptères [Dauphin de la 35F et Panther de la 36F]. L’un des quatre NH-90 NFH belges devrait le rejoindre en cours de mission.
D’ailleurs, la composition de son escorte n’est pas figée. Au départ, celle-ci réunira la Frégate multi-missions à capacité de défense aérienne renforcée [FREMM DA] « Alsace », récemment admise en service, ainsi que la Frégate de défense aérienne [FDA] « Forbin », la FREMM « Normandie », le pétrolier-ravitailleur « Marne » [avec un hélicoptère Alouette III de la 34F] et un sous-marin nucléaire d’attaque [SNA].
La présence de ce dernier devant être intermittente, il sera suppléé par un avion de patrouille maritime Atlantique 2 basé à Chypre ou en Crète et un sous-marin grec, dont le type n’a pas été précisé.
Au fil de sa mission, le porte-avions Charles de Gaulle sera aussi rejoint par le « destroyer » américain USS Ross et par la frégate espagnol SPS Juan de Borbon [classe F-100] et une frégate grecque. En outre, des officiers allemands, italiens et canadiens seront insérés au sein de l’état-major du GAN.
Le programme de la mission Clemenceau 2022 sera assez copieux. Il se résume en cinq points : lutter contre le terrorisme, renforcer la capacité autonome française d’appréciation de la situation, affirmer la liberté de navigation, tant maritime qu’aérienne, appuyer l’effort de défense européen, coopérer avec les alliés et partenaires de la France.
Ainsi; le groupe aéronaval sera engagé dans l’opération Chammal [nom de la participation française à l’opération Inherent Resolve dirigée, au Levant, par les États-Unis contre l’État islamique]. Puis, il prendra part à la mission européenne Irini, laquelle consiste à faire appliquer l’embargo sur les armes décidé par les Nations unies à l’égard de la Libye. Il se rendra en mer Adriatique, où des actions de coopération avec des pays de la région, notamment la Croatie, sont prévues.
Toujours au chapitre des coopérations, le GAN se rendra en Grèce puis à Chypre. Et le Charles de Gaulle aura à manœuvrer avec le porte-aéronefs italien Cavour [désormais en mesure d’accueillir des avions F-35B] et un porte-avions américain.
Mais l’une des parties de ce déploiement qui sera sans doute la plus délicate, au regard des tensions avec la Russie, sera la « coopération en mer Noire », où certains « moyens navals et aériens » du GAN se déploieront au début du mois d’avril, pour des exercices avec les forces roumaines.
Pour rappel, lors de son premier déploiement, l’an passé, le groupe aéronaval britannique formé autour du porte-avions HMS Queen Elizabeth avait fait la même chose. Et cela avait donné lieu à un incident ayant opposé le « destroyer » HMS Defender à la marine russe.
À noter, d’ailleurs, que le début de la mission Clemenceau 2022 coïncidera avec des exercices navals russes de grande ampleur, lesquels se tiendront dans toutes les zones d’intérêt de Moscou. La Méditerranée et la mer Noire en font partie.

CONFÉRENCE A L’ÉCOLE DE LA MARINE MARCHANDE DE MARSEILLE
Le commandement de la marine à Marseille vous convie à une conférence sur le thème « La douane garde-côtes en Méditerranée » qui sera donnée par M. David Bernard, du Service Garde-Côtes des Douanes en Méditerranée, à l’École Nationale Supérieure Maritime, 39 avenue du Corail à Marseille, le mardi 1er février 2022 à 19h. Une inscription préalable est nécessaire et se fait sur la page.
https://www.eventbrite.fr/e/billets-conference-comar-marseille-du-1er-fevrier-2022-la-douane-garde-cotes-251852757377?ref=eios

LA CHANDELEUR à l’IGESA DU PIN DE GALLES
C’est le 4 février 2022 que le président de l’association nationale de marins et anciens marins vous invite (sur réservation) à la chandeleur pour se retrouver en toute convivialité. Inscription via le lien HelloAsso (ci-dessous). Le rendez vous est fixé pour celles et ceux qui se seront inscrits préalablement à partir de 19h30 au centre de vacances du PRADET (Var). https://www.helloasso.com/associations/anmam/evenements/chandeleur-2022

RETRAITE DU COMBATTANT
A compter du 1er janvier 2022, la retraite du combattant est de 782.60 euros par an payable semestriellement (fin juin et fin décembre).

31 JANVIER 1616 : DÉCOUVERTE DU CAP HORN
Au début des années 1600, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales contrôle le Cap de Bonne-Espérance et le Détroit de Magellan, les deux seuls passages connus pour rejoindre l’Extrême-Orient. La compagnie possède ainsi le monopole du commerce entre les Pays-Bas et l’Asie et ses richesses. Pour briser ce monopole, le marchand néerlandais Isaac Le Maire décide de chercher une voie maritime alternative. Il réussit à convaincre les commerçants de la ville hollandaise de Hoorn de financer une expédition composée de deux navires, l’Eendracht, commandé par son fils, Jacob Le Maire, et le Hoorn, commandé par le navigateur Willem Cornelisz Schouten. L’expédition embarque le 14 juin 1615. Le Hoorn est détruit lors d’un accident en Patagonie, mais le voyage d’exploration se poursuit. Le 31 janvier 1616, l’Eendracht passe au sud de la Terre de Feu et aperçoit une île, baptisée « Hoorn » en l’honneur de la ville ayant financé l’expédition. Le cap situé au Sud de l’île prend le nom de Cap Horn. Jusqu’au creusement du Canal de Panama, il devient un point de passage important pour le commerce entre l’Europe, l’Extrême-Orient et l’Australie.

CARNAVAL DE VENISE
Du 18 au 21 février le Carnaval de Venise aura bien lieu après un suspens qui prend fin aujourd’hui. Les personnes inscrites recevront les dernières informations (lieu de rassemblement, programme, etc. ). Les inscrits viennent de Dijon, Orléans, et du Var. On peut encore s’inscrire (contact@tous-les-marins.org) jusqu’au 1er février (20h00) car quelques places se sont libérées suite à des désistements de dernière minute pour des raisons diverses (covid, modifications de leur agenda, soucis de santé, etc….)

LE CANAL DU MOZAMBIQUE A SURVEILLER
Pour connaître les dernières informations sur cette zone du globe, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.
https://mail.google.com/mail/u/0/?pli=1#inbox/FMfcgzGmthffCNzDMbLXHQzxgsqKMzsr

PRÉVISION
Le président de l’ANMAM recevra au siège parisien les membres qui souhaitent le rencontrer en prenant préalablement RDV (contact@tous-les-marins.org).
  *Février : le jeudi 17 – de 14h à 16h

  *Mars : le jeudi 10 – de 14h à 16h

A la semaine prochaine (semaine 6) bonne lecture

 Le comité de rédaction.