Accueil | Newsletter semaine 42/2022

Newsletter semaine 42/2022

SEMAINE 42

 

PENSÉE DE JOUR :
La MER permet tout pourvu qu’on la respecte.

UKRAINE : NOUVELLE MISSION
Vous êtes certainement au courant par le biais de votre téléviseur de la nature des combats qui sévissent durement et rendent le peuple ukrainien en grande difficulté. Nos chauffeurs qui ont parfaitement réussi la mission précédente en mai 2022 se préparent à repartir avant les grands froids de l’hiver en cette région hostile.
C’est pourquoi, cette mission se déroulera avant le 15 novembre.
Vu l’urgence et compte tenu de la grande disponibilité des chauffeurs, et du stock d’affaires amassées, notre collecte sera proposée pour un départ tout prochain. Mais, les chauffeurs auront des frais de route et les véhicules auront besoin de carburant. Pour pallier à ceux-ci nous lançons très rapidement une campagne de dons et sans attendre nous vous invitons à vous rendre sur le site (www.tous-les-marins.org) pour aider à la réussite de cette nouvelle mission. Vote contribution sera la bienvenue et n’oubliez pas que votre don est déductible lors de votre prochaine déclaration de revenus de mai 2023. Alors où que vous soyez sur le territoire national, participez à notre campagne de dons et d’avance nous vous remercions de votre geste au profit d’une population en grande souffrance. Avec la Biélorussie qui s’engage dans la guerre les dégâts seront encore plus lourds dans les jours a venir.
Cliquez sur le lien ci-après et laissez-vous guider.
ENCORE MERCI
https://www.helloasso.com/associations/anmam/formulaires/5/widget

DÉPLACEMENT DE L’ANMAM A L’ÉTRANGER
Les dates suivantes ont été retenues pour se rendre en Italie :
10 Décembre 2022 : journée à SAN REMO avec déjeuner pris en commun avec les anciens marins italiens ouvert à tous (22 euros au départ de TOULON A/R) – inscription cliquez sur le lien suivant :
https://www.helloasso.com/associations/anmam/evenements/sortie-a-san-remo
Nous ferons quelques achats avant les fêtes à prix intéressant (marché de SAN REMO).
10 Juin 2023 : fête de la Marine italienne dans le Piémont (3 jours) à CASALE MONFERRATO ainsi que TURIN (Piémont) et MILAN (Lombardie) avec une délégation de la commune de LA SEYNE SUR MER .
Entre temps le président de l’ANMAM se rendra à un colloque à PISE (date non connue).

LA FNAM (FÉDÉRATION NATIONALE ANDRÉ MAGINOT)
Comme vous le savez l’ANMAM est affiliée à la FNAM https://www.federation-maginot.com/ et Mr François RAIMOND est le président du groupement 272 de cette fédération. Afin de mieux connaître cette fédération, vous pouvez cliquez sur le lien ci-dessus et vous saurez tout sur cette fédération que nous avons privilégiée au détriment d’une fédération d’anciens marins qui n’as que le nom, mais n’a rien à offrir aux associations affiliées. Le choix était vite fait. Notre devise : S’unir pour mieux agir.

UN SOUS MARIN RUSSE REPÉRÉ AU LARGE DE LA BRETAGNE
Un sous-marin russe a été repéré en surface dans les eaux françaises du golfe de Gascogne en septembre. Il a été suivi par une frégate des forces françaises. © Marine nationale.
Sous-marin – Une vidéo diffusée par la marine nationale montre un appareil navigant dans les eaux françaises.
Dans les eaux agitées du golfe de Gascogne, la silhouette du sous-marin russe n’est pas passée inaperçue. Mais que faisait-il au large de la Bretagne en cette fin de mois de septembre? La marine nationale l’ignore. Pour les forces françaises, l’essentiel était ailleurs. Dans une vidéo diffusée sur ses réseaux sociaux, la Marine explique comment sa frégate multimissions Normandie, basée à Brest (Finistère) a pisté le sous-marin russe. Alors que les combats font rage en Ukraine, le passage d’un sous-marin des forces de Vladimir Poutine au large des côtes françaises a été pris très au sérieux.
Dans sa vidéo, la Marine fait surtout la promotion de sa frégate, expliquant « disposer de capteurs extrêmement performants » avec ses sonars et son hélicoptère Caïman. Le navire serait ainsi capable de suivre le sous-marin russe même si celui-ci était amené à plonger dans le golfe de Gascogne. « Nous nous devons de contrôler les activités militaires qui s’y déroulent », explique le capitaine de frégate Thomas Vuong.

LA MÉDITERRANÉE DEMAIN
La première édition des rencontre scientifiques « LA MÉDITERRANÉE DEMAIN » a eu lieu ce samedi 8 octobre à LA SEYNE SUR MER à l’initiative de Mme Nathalie BICAIS, maire de la commune et vice-présidente de la région Sud, et vice-présidente de conseil départemental du Var, à laquelle était convié Mr François RAIMOND président national de l’ANMAM.
Le thème : Économie et Écologie, permettait à chacun de découvrir les projets en cours et les propositions des différents partenaires. La région était représentée par Mr François DE CANSON, vice-président et maire de LA LONDE LES MAURES (Var), et président national du tourisme en France. On notait la présence également de Mr Xavier LEROUX, président de l’Université de TOULON, de Mr Vincent RIGAUD, directeur du centre Ifremer Méditerranéen. Alors que sont souvent opposés les enjeux de développement économique à ceux de la préservation de l’environnement, des scientifiques reconnus ainsi que des jeunes diplômés seront amenés à réfléchir ensemble afin de présenter une vision futuriste mais réaliste de l’évolution de notre patrimoine méditerranéen. Cette rencontre annuelle a pour but de valoriser le territoire seynois comme premier port scientifique d’Europe au carrefour des Parcs Nationaux, du sanctuaire de préservation de la biodiversité Pélagos et d’un port de commerce de premier plan.

Cet événement de deux jours à la Villa Tamaris a été organisé avec le Pôle compétence Mer à vocation mondiale, la Métropole Toulon Provence Méditerranée, le Département du Var et la Région Sud. Le président de l’ANMAM doit rencontrer plusieurs des partenaires cités pour préparer un schéma optimiste de travail pour l’année à venir. Notons enfin que l’Université de LYON (Rhône) investisseur à hauteur de 3 millions d’euros dans le projet était représenté par son président venu expliqué le projet du futur centre de recherches en lieu et place de la villa PACHA de LA SEYNE SUR MER. Un centre international qui sera au tout premier plan en 2026 date de sa mise en service.

LA MARSEILLAISE
Comment a été créée la Marseillaise ?
La Marseillaise n’est pas un chant de Marseille comme beaucoup de personnes pourraient le penser. Il n’est pas non plus un chant né de la prise de la Bastille de 1789. Ce n’est que quelques années plus tard que la Marseillaise, initialement appelée « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » voit le jour.
« La Marseillaise » ne portait à l’origine pas ce nom et n’avait aucun lien avec la cité phocéenne ou ses habitants. Ce sont les évènements de la Révolution française qui lui ont donné son nom et en ont fait l’hymne national.
Un chant révolutionnaire écrit à Strasbourg par un poète originaire du Jura durant une guerre contre l’Autriche et qui s’appelle La Marseillaise, rien de bien logique dans tout cela. D’autant plus qu’à aucun moment le texte de notre hymne national ne fait référence à la ville des Bouches-du-Rhône.
Alors pourquoi le chant porte-t-il ce nom?
A l’origine, La Marseillaise s’appelait Le chant de guerre pour l’armée du Rhin. On est bien loin de la lavande et des cigales. En avril 1792, la France, en pleine Révolution, est en guerre avec l’Autriche. Le poète Claude Joseph Rouget de Lisle, alors officier du génie en poste à Strasbourg, écrit donc un chant guerrier pour l’armée française. Il l’aurait composé dans la nuit du 25 au 26 avril.
Ce chant est par la suite récupéré par la garde nationale de Marseille sous le nom de Chant de guerre des armées aux frontières. En août 1792, la révolte contre la monarchie constitutionnelle éclate à Paris. Louis XVI est alors installé au Palais des Tuileries. Les Marseillais viennent prêter main forte aux révolutionnaires en entonnant ce chant. Les Tuileries sont prises, la monarchie abolie au profit de la République (et de la Terreur). Pour les Parisiens, ce chant est celui des Marseillais venus mettre un terme à la tyrannie. Il devient La Marseillaise. Elle est retenue comme hymne national le 14 juillet 1795 avant d’être retirée à l’avènement du Premier Empire (sous Napoléon Ier) en 1804. La Marseillaise ne redeviendra l’hymne officiel de la France que sous la IIIe République, en 1879.

EXERCICE GRAND AFRICAN NEMO 2022
(information reçue d’un adhérent de la Moselle fidèle lecteur de nos newsletters – source Sirpa Marine)

Du mardi 11 au dimanche 16 octobre 2022, l’exercice majeur Grand African NEMO 2022, organisé par l’architecture de Yaoundé et la Marine nationale française, rassemblera 17 des 19 nations riveraines du golfe de Guinée et 8 nations partenaires dont la France. L’exercice se déroulera dans une vaste zone maritime allant du Sénégal à l’Angola.
Quatre unités françaises participeront à cet exercice d’ampleur : la frégate de surveillance Germinal et le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre déployés dans le cadre de l’opération Corymbe, un avion de surveillance maritime Falcon 50 Marine et un avion de patrouille maritime Atlantique 2.
Cet exercice bénéficiera également du concours significatif de la Commission Sous-Régionale des Pêches, du Comité des pêches du centre-ouest du golfe de Guinée, des Nations unies avec l’ONUDC, ainsi que des programmes européens GoGIN, PESCAO et WeCaps.
Depuis 2018, Grand African NEMO est devenu le rendez-vous annuel majeur de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée. Cette quatrième édition a pour objectif de partager les savoir-faire et d’améliorer le niveau opérationnel des participants en matière de lutte contre la pêche illégale, la piraterie, la pollution maritime, les trafics illégaux et de sauvetage en mer.
Une quarantaine d’unités en mer, ainsi que cinq aéronefs seront mobilisés pour participer aux différents exercices, tous élaborés en fonction des enjeux de sécurité auxquels sont confrontés les États de la région.
Au travers du co-pilotage de cet exercice ambitieux, la France et ses partenaires africains contribuent de façon déterminante à améliorer la sécurité maritime dans le golfe de Guinée.
A la suite de Grand African NEMO 2022, les chefs d’états-majors des marines riveraines du golfe de Guinée se réuniront, à Paris, le 20 octobre, dans le cadre d’un symposium durant lequel trois thématiques seront abordées : la formation et l’entraînement opérationnel, le partage de l’information maritime et la sécurité environnementale.

UN CLIN D’ŒIL DE LA VIE
Jean Vindevogel Matelot secrétaire embarqué sur le B.E. Hussard

Mai 1963. Depuis quatre mois qu’il est affecté au service T.E.R.* à la Préfecture maritime de Toulon, Jean n’a qu’une idée en tête : « Embarquer ». Fort heureusement, comme son travail a donné satisfaction au commandant du service, celui-ci, en récompense, l’a fait placer en subsistance, pour quelques jours, à bord d’un petit bâtiment expérimental.
Le Hussard est amarré dans la darse vieille, à quelques pas de la Préfecture, à ses cotés on y trouve aussi deux autres escorteurs, la Dague et le Coutelas. Ils font partie des six derniers escorteurs du même type encore en service dans la marine. Trente-deux de ces petites unités ont été transférées des États-Unis en France en 1944, au titre de la loi prêt-bail, et ont reçu les noms de torpilleurs de la guerre 1914-1918. La formidable machine industrielle de guerre des USA en a produit pas moins de trois cent dix-neuf.
Long de 53 mètres, large de 7m15, avec un tirant d’eau de 1m83, ces petits bâtiments déplacent 325 tonnes. De formes très droites, ils roulent fortement et mouillent beaucoup quand la mer se creuse.
Comme ses deux frères, le Hussard est en fin de carrière. Il y a quelques années, il a subi de petites modifications pour lui permettre de tester les torpilles. Reclassé bâtiment expérimental, il est désormais équipé à l’arrière d’un mât de charge, d’un tube lance torpilles et de deux rampes berceaux destinées à recevoir ces engins redoutables. Toutefois, il a gardé à l’avant son canon de 76 m/m.
A bord c’est la vie de famille, l’équipage est composé d’environ vingt-huit hommes, sans compter la mascotte, un gentil petit berger allemand du nom de Rex.
Presque chaque semaine, le Hussard quitte Toulon et met le cap sur Saint-Tropez où sont réalisés les tirs d’essais de différents modèles de torpilles.
Le matin, le Hussard va prendre son chargement à la DCAN, plus communément appelée l’usine à torpilles, qui se situe au fond du golfe. Ensuite, il se dirige vers une zone interdite à la navigation pour y effectuer plusieurs lancements. Puis, en fin d’après-midi, le bâtiment regagne le port de Saint-Tropez où il a sa place réservée le long du môle.
Pour Jean, ces quelques jours ont presque été des vacances. Avec beaucoup d’intérêt, il a assisté à tous les exercices de tirs et a participé aux tâches quotidiennes du bord. En cette fin mai, avec une température des plus agréables, il ne s’est pas privé de baignades avec l’équipage et le soir, à Saint-Tropez, de sorties avec quelques collègues qui connaissent les bons coins étant donné qu’ils séjournent ici très souvent. Bref, Jean garde d’excellents souvenirs de son passage sur le Hussard.
Tout ceci reste un épisode des plus banals dans sa vie de marin, pourtant

LES MEMBRES, LA SOURCE DE L’ASSOCIATION
Les membres sont des personnes «dans» l’association, qui ont adhéré. Leur engagement implique mécaniquement des droits et des devoirs, mais aussi, nécessairement, un cantonnement par rapport à ceux qui n’ont pas cette qualité.
A l’origine, l’association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leurs connaissances ou leur activité dans un but autre que de partager les bénéfices. (1)
A la racine de l’association, se trouvent donc, a minima, deux membres fondateurs (2) rassemblés autour d’un même « affecto associationsi » locution latine qui renvoie à l’élément intentionnel indispensable à la formation du lien juridique qui les unît.
Les membres, les bénévoles, les salariés et les autres
La notion de membre renvoie à celle de l’adhésion à l’association, à travers la liberté d’association.
Elle se distingue de celle du bénévole, qui peut ou non être un membre « est bénévole, toute personne qui s’engage librement pour mener une mission non salariée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial ».
En tant que tel, le bénévole n’est pas un statut comme celui de membre, c’est à dire que le bénévole ne dispose pas automatiquement de droits et d’obligations définis.
Quelques chiffres :

  • Environ 85% des associations ne mobilisent que des membres et des bénévoles.

  • 21 millions de français de plus de 16 ans sont membres d’associations. Soit 40% de la population française.

  • 2/3 soit 14 millions sont adhérents à une seule association. (1/3 sont adhérents d’au moins 2 associations) et 70% participent régulièrement aux activités associatives.

  • Augmentation de 10% des adhérents entre 2005 et 2017.

  1. = Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association. Art 1

  2. = A l’exception des associations en Alsace-Moselle dont la création requiert 7 personnes (code civil local art 56)

LES ANCIENS MARINS ITALIENS A TOULON (suite et fin)
Du 27 au 30 septembre 2022 une délégation d’anciens marins italiens en visite à TOULON accueillis par Mr François RAIMOND président de l’ANMAM (Association Nationale de Marins et Anciens Marins) – C’est au tour des français de se rendre en Italie en 2023 et déjà des adhérents se portent volontaires pour faire partie de la délégation (date non connue à ce jour – liste de pré-inscriptions ouverte au siège : contact@tous-les-marins.org)

Photo d’ensemble réunissant italiens et français devant la pyramide
du cimetière franco-italien de Saint-Mandrier

Les deux présidents Italiens (Mr Piero CURATO) et français (Mr François RAIMOND) en avant-plan
et e arrière-plan le président de la fédération des anciens combattants (Mr Jean KULMANN)

Cérémonie au cimetière franco-italien de SAINT MANDRIER le 28.09.2022

Les anciens marins italiens visitent TOULON avec le Pst de l’ANMAM (quartier Mayol – TOULON)

Le président de ’ANMAM revoit un cadeau des anciens marins italiens

Les anciens marins italiens avec le pst de l’ANMAM au Fort Balaguier (La Seyne sur Mer)

PARTICIPATION DE L’ANMAM AU FNAF  (FORUM NATIONAL DES ASSOCIATIONS ET FONDATIONS)
L’ANMAM sera présente cette semaine au FNAF (forum national des associations et fondation) à Paris et rencontrera quelques-uns de ses partenaires dans le but de découvrir les nouveautés réservées au monde associatif.

RÉSERVATION AU REPAS DE NOËL DE L’ANMAM
Nous avons prévu terminer l’année par un repas pris en commun pour celles et ceux qui le peuvent.
Rendez-vous à TOULON, le 16 décembre au Lycée Anne Sophie Pic, cheffe triplement étoilée. Nous serons heureux de vous y retrouver. Seuls les adhérents peuvent s’inscrire. (pas d’invités en ce jour).
Le menu figure dans le formulaire d’inscription.
Cliquez sur le lien ci-après. Attention les places sont limitées et seuls les premiers inscrits seront admis à cette belle tablée de Noël.
https://www.helloasso.com/associations/anmam/evenements/repas-de-noel-lycee-hoteliere-anne-sophie-pic

L’ANMAM bouge….. alors bougez avec elle….

 

Le comité de rédaction.
 0659434210
A la semaine prochaine (semaine 43)