Accueil | Newsletter semaine 34/2022

Newsletter semaine 34/2022

NEWSLETTER 2022

Brest – Paris – Toulon

SEMAINE 34

Sommaire :
– Note d’Humour;
– Séjour d’anciens marins italiens dans le Var;
– Tournoi de pétanque à Toulon;
– Pont Transbordeur;
– Pensée du jour;
– Amiral Ronarc’h;
– Permanence dans le Var;
– Escapade à Cherbourg et environs;
– L’eau source de vie.

NOTE D’HUMOUR
Quand on veut faire un nœud plat et qu’il est raté , on dit que c’est un nœud de….
(réponse la semaine prochaine).
Si vous avez des notes humoristiques à nous proposer, nous ne manquerons pas de les diffuser à travers votre newsletter.

SÉJOUR D’ANCIENS MARINS ITALIENS DANS LE VAR   
Du 26 au 30 septembre 2022

L’Association Nationale de Marins et Anciens Marins (ANMAM)
reçoit les anciens marins italiens du Piémont et de la Ligurie.

Une délégation de 50 anciens marins conduite par Mr Piero CURATO président de l’ANMI (Association Nationale de Marins Italiens) de CASALE MONFERRATO (Piémont) se rendra à TOULON (Var) pour un séjour associant la culture, le tourisme, l’histoire, la gastronomie.
Il sera fait une virée en mer, une visite au mémorial du Mont Faron, une cérémonie patriotique au cimetière Franco-Italien de Saint-Mandrier, une visite de TOULON en petit train touristique avec commentaires en italien, des repas aux accents provençaux, une visite au musée de la Marine, etc…..
Un repas d’accueil sera prévu le jour de l’arrivée à 12 h 00 avec discours de bienvenue des présidents et échanges de cadeaux.
Il sera demandé le concours des membres de l’association ANMAM pour préparer la venue de nos amis transalpins. (faites-vous connaitre par mail : contact@tous-les-marins.org). Mr Piero CURATO est déjà venu et il a trouvé nos échanges tellement amicaux qu’il renouvelle son désir de venir à TOULON (avec d’autres anciens marins) qui l’a si bien accueilli la fois dernière (avant COVID-19). Alors ne décevons pas nos amis italiens soyons à la hauteur une fois de plus.
Besoins :
– Une personne parlant aisément l’Italien;
– Une personne ayant le sens du relationnel pour les prises de contact;
– Une personne capable de faire des recherches d’hébergement, de restaurants, de visites, de négocier les tarifs, etc… un vrai travail de commercial;
– des personnes connaissant des chants populaires italiens;
– des personnes sachant jouer d’un instrument de musique;
etc… et en règle générale toute personne de bonne volonté voulant aider.
Renseignements / 07 66 77 14 47 (le matin uniquement).
Dans un an c’est une délégation de l’ANMAM dont vous ferez peut être partie si vous le désirez, qui se rendra à nouveau à TURIN et MILAN et nous aussi nous serons reçus comme des ambassadeurs.
L’ANMAM bouge et bougez avec elle.

TOURNOI DE PÉTANQUE A TOULON

TOURNOI DE PÉTANQUE 2022

L’AVF (Accueil Villes Françaises)
et
l’ANMAM (Association Nationale de Marins et Anciens Marins)
vous accueillent le 11 septembre 2022 pour sa deuxième édition
pour un tournoi de Pétanque sur les plages du Mourillon (Toulon).
(Réseau Mistral ligne 3 ou 23)

PROGRAMME

Accueil à partir de 11h00 : se présenter à Mr ou Mme BOURDON (Table de marque)
11h30 Apéritif offert par l’AVF pour celles et ceux qui déjeunent sur place.
12h00 Repas tiré du sac + couverts personnels.
(mais il est possible de partager son repas avec ses futurs concurrents comme par le passé).
Lieu de rencontre : Terrain de boules situé face au restaurant LA PLAGE (1ere anse du Mourillon).
Début des hostilités : 13 h 30 avec ses propres boules homologuées (3 boules).
Inscriptions : Participation de 3.00 euros par joueur (cliquez ci-après).
https://www.helloasso.com/associations/anmam/evenements/concours-de-petanque
(pour aider à récompenser les meilleurs qui recevront un prix en fin de journée).
Gratuit pour les spectateurs ou accompagnateurs.
Renseignements : 07 66 49 86 74
Tirage au sort des triplettes : C’est une fois les inscriptions terminées que Mr et Mme BOURDON (AVF) procéderont au tirage au sort des triplettes autorisées à se confronter.
Il est conseillé d’apporter un cochonnet et un mètre ruban, une chaise pliante (facultatif) et sa bonne humeur (obligatoire).
Remise des prix en fin d’après-midi.
On vous attend nombreux.
Que les meilleurs gagnent et le plus important est de participer
L’AVF et l’ANMAM vous souhaitent de passer une agréable journée.

PONT TRANSBORDEUR

Le pont transbordeur de Rochefort

Au XIXème siècle, le seul moyen de traverser la Charente entre Rochefort et Échillais, est le bac. Ce système de traversée est limité à marée basse ou en cas de conditions météorologiques défavorables et de courants trop forts.
La construction d’un pont est alors envisagée afin de remplacer le bac qui ne peut plus répondre à une circulation de plus en plus importante.
Le défi est de trouver un système de pont qui permette la traversée des personnes sans gêner la navigation maritime, notamment les navires de l’Arsenal de Rochefort.
C’est le projet de Pont à Transbordeur proposé par Ferdinand Arnodin qui est retenu en 1897.
Les travaux débutent en mars 1898 pour se terminer 27 mois plus tard. Le Pont Transbordeur du Martrou est inauguré le 29 juillet 1900.
Cet ingénieux système se compose d’une partie fixe (classée pont suspendu) et d’une partie mobile (classée remontée mécanique).
Deux pylônes métalliques supportent un tablier sur lequel glisse un chariot sur un système de rails. Une nacelle y est suspendue et relie les deux rives sans gêner la circulation maritime.Le Pont Transbordeur a fonctionné de 1900 à 1967. Il a été remplacé par un pont à travée levante en 1967, lui-même détruit en 1991 au profit du nouveau Viaduc de l’estuaire de la Charente. Après une longue période d’abandon, le Pont Transbordeur reprend du service en 1994 pour les piétons et les cyclistes. Il ferme entre 2016 et juillet 2020 pour travaux de rénovation. La reprise de ses traversées est effective au 29 juillet 2020, jour de ses 120 ans !

Le réseau mondial des ponts transbordeurs
Il reste aujourd’hui 8 ponts transbordeurs répartis dans le monde:
– le 
Pont Transbordeur de Bizkaia (1893) près de Bilbao en Espagne,
– le Pont Transbordeur de Rochefort et Échillais (1900),
– le Pont Transbordeur de Newport (1906) au Royaume-Uni,
– le Pont Transbordeur d’Osten – Hemmoor (1909) en Allemagne,
– le Pont Transbordeur de Middlesbrough (1911) au Royaume-Uni,

Son inventeur
Ferdinand Arnodin (1845 – 1924) est ingénieur constructeur spécial de ponts suspendus rigides et à pièces amovibles, de câbles métalliques et de Ponts Transbordeurs à Châteauneuf-sur-Loire, dans le Loiret.
Le 5 novembre 1887, il dépose un brevet pour un système de Pont à Transbordeur pour grands débouchés et passes maritimes.
Visionnaire, il disait des Ponts Transbordeurs : « La construction d’un Pont Transbordeur formera par elle-même un élément remarquable encadrant élégamment les quais et la rade ; elle formera par son originalité autant que par sa hardiesse de ses lignes un objet d’attraction pour les visiteurs… »
Il est le constructeur des 6 Ponts Transbordeurs de France : à Rouen (1899), à Rochefort (1900), à Nantes (1903), à Marseille (1905), à Brest (1909) et à Bordeaux (1910-inachevé).
Il collabore avec Alberto De Palacio, ingénieur espagnol, pour construire le tout premier Pont Transbordeur du monde à Bilbao en Espagne.

PENSÉE DU JOUR
Bien faire et laisser braire

AMIRAL RONAR’H
Pierre-Alexis Ronarc’h, né le 22 février 1865 à Quimper et mort le 1er avril 1940 à Paris, est un marin français.
À 15 ans et demi, il est admis à l’École navale. Il est lieutenant de vaisseau à 24 ans et il participe à la campagne de Chine en 1900 en tant qu’officier en second d’un détachement français de 160 marins qui résiste à la révolte des boxers.
À 42 ans, il est le plus jeune capitaine de vaisseau de la marine française. En juin 1914, il est promu contre-amiral et est désigné pour commander les fusiliers marins en cours de formation à Lorient. Il dirigera la brigade jusqu’à sa dissolution le 6 novembre 1915. Il est promu vice-amiral, puis chef d’état-major de la marine en 1919.

A Toulon, le cercle-mess de la défense porte le nom de AMIRAL RONARC’H (ancien foyer du marin).
A Lorient, le chantier naval construit la future frégate (FDI) AMIRAL RONARC’H qui sera livrée à la Marine Nationale en 2024 et qui précède une série de 8 dont 3 sont déjà vendues à la Grèce. Fort de ses 4000 tonnes cette frégate aura un air nouveau avec son étrave inversée qui sera une nouveauté pour la marine, sans parler de la technique avancée à l’intérieur du bâtiment. (Chut, on ne peut pas tout dire)…. Mais le nom de RONARC’H est à retenir. Son fils, Amiral également), a réussi l’exploit de sortir de Brest le « Jean Bart » pour ne pas être capturé par l’ennemi.

PERMANENCE DANS LE VAR
C’est à la maison du combattant du PRADET que nous ferons notre prochaine permanence le 23 Août de 10h à 12h.

ESCAPADE A CHERBOURG ET ENVIRONS
Du 14 au 18 AOUT, le président de l’ANMAM s’est rendu à CHERBOURG accompagné de Mr Jean-Pierre ROUSSELOT président des anciens marins de l’amicale de la Marine de DIJON (Cote d’Or). Ceux-ci ont visité le cimetière de CHERBOURG et son carré militaire avec Mr Pascal PELE pour guide (ancien commissaire en Chef de la Marine) et actuellement président du comité de Cherbourg du souvenir Français. Bien évidemment la visite des lieux nous conduisait à la cité de la Mer pour une visite incontournable du sous-marin LE REDOUTABLE et d’autres endroits comme le Fort de Querqueville, impressionnant par sa taille sut 6 ha et tourné vers la mer, le littoral de Cherbourg à La Hague avec vue sur le plus petit port de France construit pour permettre aux corsaires d’attendre les Anglais bien à l’abri, avec un arrêt au nez de Jobourg, et vue sur les iles anglo-normandes, et une pause sur le port de Cherbourg avec des jeunes dijonnais dont l’un rentre à l’École Navale sous peu (photo avec le Pst de l’Amicale des anciens marins de DIJON, le Pst National de l’ANMAM (Association Nationale de Marins et Anciens Marins et les deux jeunes dijonnais en vacances à Cherbourg). Au bord de l’eau se trouve une stèle érigée pour se souvenir du Vendémiaire (ancien sous-marin). Cette virée normande a été plus orientée vers le patrimoine historique de Cherbourg et environs. Il est prévu revenir l’an prochain avec comme thème le débarquement de Normandie, important sujet qui nous invite à ne pas oublier ceux qui ont donné leur vie pour que nous soyons libres aujourd’hui. Il faut le faire savoir à la génération montante.

L’EAU : SOURCE DE VIE
L’eau potable en France vient de ressources souterraines et de surface, est traitée puis distribuée. Une fois captée, l’eau est acheminée jusqu’à une usine de potabilisation pour être traitée. Le traitement appliqué dépend de la qualité initiale de l’eau captée. Pour les eaux souterraines, dans trois quarts des cas, un traitement physique simple (filtration et décantation) et une désinfection suffisent.
Pour les eaux de surface, des traitements physiques et chimiques plus poussés sont nécessaires ? ceux-ci étant déterminés en fonction de la qualité de l’eau à traiter. Dans certains cas, un traitement d’affinage par ozonation, charbons actifs et/ou filtration membranaire, est appliqué en supplément afin d’éliminer au maximum la matière organique dissoute restante ainsi que les micropolluants (pesticides, etc.).
Une désinfection a ensuite toujours lieu lors de la dernière étape de traitement, le plus souvent par ajout de chlore, celui-ci ayant un effet désinfectant durable permettant de maintenir une eau d’excellente qualité lors de son stockage dans des réservoirs et jusqu’à sa distribution.
En France, la consommation moyenne d’eau potable par habitant est estimée à environ 150 litres par jour et par habitant, dont 93 % pour l’hygiène (comprenant 20 % pour les sanitaires) et 7 % pour l’alimentation. Cet usage domestique représente 20 % de la consommation globale : 35 % de l’eau potable étant utilisée pour l’industrie et l’électricité et 45 % pour l’agriculture, bien qu’il ne soit pas forcément nécessaire d’utiliser de l’eau potable. La réutilisation des eaux usées traitées est encore très limitée en France du fait d’une réglementation stricte et reste minoritaire pour ces usages.
Une eau distribuée très réglementée
Une fois traitée, l’eau distribuée doit répondre à certaines normes sanitaires définies selon le Code de la santé publique et sa qualité fait l’objet d’un suivi régulier à partir de la sortie des stations de potabilisation, au niveau des châteaux d’eau permettant son stockage et tout le long du réseau de distribution.
Au total, une soixantaine de paramètres sont contrôlés via des limites et des références de qualités bactériologiques, physico-chimiques, organoleptiques, ou encore radiologiques, faisant de l’eau du robinet l’aliment le plus contrôlé en France.
Globalement, la qualité de l’eau courante en ville est excellente en France où presque 100 % des communes de plus de 50 000 habitants et 98 % de la population totale ont consommé une eau de très bonne qualité microbiologique toute l’année en 2020.
Concernant les pesticides, principalement issus du ruissellement et de l’infiltration dans les sols, 94 % de la population française a consommé une eau respectant les limites réglementaires toute l’année en 2020. Cependant, les dépassements détectés ayant été limités en concentration et dans le temps, il n’a presque jamais été nécessaire de mettre en place une restriction de consommation de l’eau du robinet.
Le risque de la consommation de pesticides à faibles doses sur la santé à long terme est encore mal connu mais très probable, notamment sur la population dite « sensible », comme les enfants et les femmes enceintes. Des problèmes ponctuels peuvent apparaître du côté des très petites communes (moins de 500 habitants) ; dans les zones rurales présentant une agriculture intensive de type monoculture ou viticole utilisant des pesticides ; dans les zones situées à proximité d’élevages, où des nitrates peuvent être présents en quantité importante ; ou encore dans les zones situées à proximité de certaines industries.
En cas de dépassement des normes, il revient au responsable de la production ou de la distribution de prendre les mesures correctives nécessaires afin de rétablir la qualité de l’eau.
Des dérogations exceptionnelles peuvent être mises en place (en cas d’absence de risque sanitaire et avec obligation de remise en conformité rapide) ou des mesures strictes peuvent être très rapidement appliquées si nécessaire par le préfet à la suite de l’avis de l’agence régionale de santé correspondante ? par exemple une restriction d’usage, voire une interdiction momentanée, de consommation, comme à Châteauroux (Indre) cet été.
La présence d’un plan de gestion de la sécurité sanitaire des eaux, indiquant les mesures à prendre en cas de problème, sera obligatoire d’ici à 2027 grâce à la refonte de la directive « Eau potable » du 16 décembre 2020.
Pourquoi consommer l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille ?
La France est très consommatrice de bouteilles d’eau, conséquence d’un lobbying de la part des marques qui ont convaincu les Français que l’eau embouteillée était meilleure que l’eau du robinet.
Il s’agit d’abord de préserver l’environnement, car l’eau dite « minérale » implique l’utilisation de bouteilles et bouchons en plastique comme contenants. La majorité de ces déchets (87 %) se retrouve dans la nature et devient de la pollution plastique, ayant notamment un impact important sur la faune et la flore aquatiques. Le tri de ces déchets dans des centres appropriés ne résout pas tout puisque seul un quart des déchets plastiques est effectivement recyclé à l’échelle de la planète. Une étude sur l’analyse du cycle de vie de l’eau minérale a ainsi montré que celle-ci avait un impact environnemental parfois 1 000 fois supérieur à celui de l’eau du robinet.
Mais il s’agit aussi d’un enjeu de santé publique lié à la présence de microplastiques dans les eaux. Ils sont majoritairement dus à la dégradation d’objets en plastique plus imposants, tels que les bouteilles. Chaque semaine, nous ingérons l’équivalent d’une carte de crédit en plastique, principalement via l’eau que nous buvons ? au robinet et en bouteille ? mais également dans une moindre mesure via la nourriture consommée, notamment les crustacés, ou encore l’air que nous respirons (il s’agit d’une moyenne estimée mondialement et non uniquement en France).
Réduire et même supprimer l’utilisation du plastique, notamment en ne consommant plus d’eau en bouteille, permettrait de diminuer la présence de microplastiques dans les océans.
De plus, certaines eaux en bouteille fortement minéralisées sont à consommer ponctuellement et leur usage quotidien reste déconseillé. Pour neutraliser le goût potentiellement désagréable de l’eau du robinet dû au chlore, qui n’affecte en rien la qualité sanitaire de celle-ci, une solution très simple est de la faire respirer en la laissant au frigo durant les heures précédant sa consommation.
Il est également important de souligner que l’eau en bouteille, prélevée dans les ressources souterraines, contient également d’infimes quantités de polluants de type pesticides ou médicaments.
Pour finir, la consommation d’eau en bouteille pour la boisson (soit 1,5 litre par jour et par personne) revient au minimum 100 fois plus chère que celle de l’eau du robinet.
Nous avons la chance en France d’avoir une eau du robinet de qualité, alors consommons-la, que ce soit pour la planète ou pour notre santé ! Vous pouvez retrouver la qualité moyenne de l’eau de votre commune sur votre facture annuelle ou la consulter en ligne à tout moment.

bonne lecture et vous êtes autorisés à diffuser
cette lettre d’information autour de vous.
L’ANMAM bouge…..bougez avec elle. …..

A la semaine prochaine (semaine 35)
Le comité de rédaction.
07 66 77 14 47