Accueil | Newsletter semaine 14/2022

Newsletter semaine 14/2022

SOUTENIR SON ASSOCIATION
https://www.helloasso.com/associations/anmam/evenements/soutenir-son-associatin-en-2022

RECHERCHE DE REPRESENTANTS SUR CERTAINS TERRITOIRES
L’ANMAM a repris ses activités comme vous le voyez dans nos colonnes. Nous nous développons un peu plus tous les jours, mais nous souhaitons le faire avec la mise en place de référents départementaux sur certains secteurs aujourd’hui dépourvus. La liste des départements à pourvoir vous sera communiquée lors de votre prise de contact. Toutes les bonnes volontés qui aiment s’investir au profit d’anciens marins dans une ambiance recherchée et conviviale, peuvent faire acte de candidature par mail : (contact@tous-les-marins.org).

UKRAINE (AIDE HUMANITAIRE)
Un appel est lancé auprès des marins et anciens marins et leurs amis pour collecter des affaires utiles au peuple ukrainien en grande souffrance.
Ci-après la liste des affaires qui seront conduites à la frontière au Nord de la Roumanie dans une quinzaine de jours. Notre projet est de recevoir 3.5 tonnes de matériel pour que l’envoi soit réalisé. Alors soyez généreux pour ce peuple complètement anéanti. Tout le monde peut donner, même une association de quartier ou des voisins. N’hésitez pas à leur faire savoir cette collecte humanitaire organisée par l’ANMAM (Association Nationale de Marins et Anciens Marins).

LOGISTIQUE
lits de camp – sacs de couchage – couvertures de survie – vêtements (adultes et enfants) propres et pliés – matériels électriques (projecteurs, rallonges, lumières, générateurs, etc…).

HYGIENE
Gels et savons corps – dentifrice – brosses à dents – couches et lait maternisée – médicaments (non périmés) rasoirs – mousses à raser – serviettes hygiéniques – savon de Marseille (bloc ou liquide).

SECOURS
béquilles – gants à usage unique – masques chirurgicaux – matériel de suture – blouses médicales – garrots – lecteurs à glycémie – pansements hémostatiques – pansements – solutions antiseptiques – matériel médical – (respirateur, défibrillateur, moniteur, etc…) anti poux.

renseignements : contact@tous-les-marins.org.

Si vous souhaitez participer aux dépenses du carburant de cette expédition, vous pouvez contacter le président directement : president@tous-les-marins.org. un IBAN vous sera envoyé.
Un grand merci à vous pour votre solidarité. Clôture de la collecte fin avril sans préavis dès que la capacité du fourgon est atteinte.
Nous recherchons aussi un chauffeur supplémentaire de moins de 50 ans pour participer à cette expédition (avec permis de conduire) – Trajet effectué : France- Italie – Slovénie – Croatie – Hongrie – Roumanie (et retour) durée 4 à 5 jours.
Notre action sera diffusée par Info83 une chaîne télévisuelle locale de Toulon qui fera un écho de notre projet (à partir du 5 avril)

PERMANENCES EN AVRIL DANS LE VAR
Les permanences tenus par des membres du conseil d’administration auront comme suit :
Les 5 et 19 au Pradet de 09 h 30 h à 12 h 00 (repas en commun à l’issue pour les inscrits).
Le 14 à La Valette du Var de 10 h 00 à 12 h 00.
Il est souhaité d’annoncer sa venue (07 66 77 14 47) car en cas d’absence de visiteurs, la permanence est annulée.
Au cours de la permanence du PRADET (uniquement) il sera possible de déposer les dons en vêtements ou produits pharmaceutiques pour l’Ukraine.

LA MARNE (BÂTIMENT DE COMMANDEMENT ET RAVITAILLEUR)
Le BCR Marne franchit le cap des 2 500 ravitaillements à la mer. Le 23 février 2022, au cours de la mission CLEMENCEAU 22, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne a effectué son 2 500e ravitaillement à la mer avec la frégate multi-mission à capacité de défense aérienne renforcée (FREMM-DA) Alsace.
Contexte opérationnel oblige, la sobriété était de mise pour célébrer l’évènement, mais l’instant n’en était pas moins empli d’émotion pour les deux équipages.
Retour en arrière pour le ravitailleur toulonnais : cinquième bâtiment de la Marine à porter ce nom, la Marne a été admise au service actif en 1987, a parcouru l’équivalent de 432 tours du monde et soutenu à la mer les unités de la Marine et ses alliés en carburant, vivres, munitions et courrier. Acteur de l’histoire maritime de son temps, elle a participé à la deuxième guerre du Golfe et aux conflits de l’ex-Yougoslavie aux côtés des porte-avions Foch et Clemenceau. Alors que ceux-ci ont été remplacés par le porte-avions Charles de Gaulle, la Marne a persévéré dans sa fonction, notamment lors de l’opération HARMATTAN en Libye et des déploiements ultérieurs du groupe aéronaval. Aujourd’hui encore, au cœur des opérations dans un contexte stratégique toujours plus incertain, le BCR tient vaillamment son poste pour assurer l’endurance du groupe aéronaval.
Pendant ce ravitaillement symbolique, tandis que l’hélicoptère embarqué Alouette III de la Flottille 34F embarquée sur la Marne réalisait des entraînements sur l’Alsace, tous les marins disponibles de la Marne ont rejoint la plateforme hélicoptère. Cette action symbolique a donné à l’équipage la satisfaction d’appartenir à une histoire maritime particulière, celle du « train d’escadre » et de la logistique du « dernier nautique » dont elle transmettra les valeurs aux futurs bâtiments ravitailleurs de force (BRF).

LE SAVEZ-VOUS ?
Le mémorial national des sous mariniers se trouve au Mourillon devant la tour royale. Sa construction a été cofinancée par des mécènes, des privés et des fédérations ou associations dont le SOUVENIR FRANÇAIS et la FEDERATION NATIONALE ANDRÉ MAGINOT dont l’ANMAM est respectivement membre ou affiliée.

QUELQUES EXPLICATIONS SUR LA FIN DE LA GUERRE D’ALGERIE
Afin de pouvoir expliquer la guerre d’Algérie aux jeunes générations qui n’ont pas connus cette période, le général (2s) Hervé Longuet, Président national de l’Union Nationale des Combattants (UNC), nous apporte quelque informations qui pourront être fournies aux jeunes gens, lors des rassemblements patriotiques. (dans le cadre des actions intergénérationnelles de l’ANMAM).
L’année 1962 marque la « fin officielle » de la guerre d’Algérie, ce pays accédant à l’indépendance le 5 juillet 1962. Comme chaque année depuis 60 ans maintenant, la question est récurrente. Faut-il commémorer la fin de ces huit années de guerre le 19 mars, les accords d’Évian, signés la veille, prévoyant à cette date le cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire algérien? L’Union nationale des combattants, association intergénérationnelle qui regroupe depuis plus d’un siècle tous ceux qui, des trois armées et de la gendarmerie, du 2e classe à l’officier général, ont porté les armes de la France, dont de nombreux anciens combattants d’AFN, estime qu’il n’est pas décent de commémorer le 19 mars.
Qui peut prétendre que la guerre d’Algérie a vraiment pris fin le 19 mars 1962 ?
En effet, les faits sont têtus et les chiffres parlent. A Évian, le 18 mars 1962, des représentants du FLN consentent à apposer leur signature à côté de trois ministres français au bas d’un déclaration finale qui prévoit notamment l’instauration d’un cessez-le-feu devant s’appliquer sur tout le territoire algérien dès le lendemain à midi. Aussitôt, le commandement français, l’impose à ses troupes, avec toute la rigueur d’une organisation militaire conventionnelle et donne l’ordre de n’intervenir qu’en cas de légitime défense. Les unités françaises, sur le terrain, se replient dans leurs bases et s’astreignent à respecter scrupuleusement ce cessez-le-feu. Malheureusement, il n’en est pas de même pour les unités de l’ALN. Profitant du regroupement des forces françaises, elles violent délibérément les dispositions des articles 2 et 3 des accords d’Évian et occupent l’ensemble du terrain d’où elles avaient été éradiquées lors des grandes opérations Jumelles de juillet 1959 à avril 1960. En outre l’armée des frontières, confinée en Tunisie et au Maroc, franchit les frontières.
Profitant de l’inaction des forces françaises sur ordre de Paris, l’ALN se livre dès la fin mars à des représailles épouvantables et d’une très grande ampleur sur les populations jusqu’alors protégées par l’armée française.
Qui peut avoir l’audace de nier ces violences sans précédent dont le nombre va s’accroître tout au long du printemps 1962, voire après ?
Le nombre de morts ou de disparus civils est estimé par les historiens à un minimum de 75 000 chez les soldats, harkis et autres supplétifs et leurs familles dans la population musulmane, auxquels s’ajoutent plusieurs milliers de morts ou disparus dans la population européenne.
Ces accords, par ailleurs, imposent aux deux parties de libérer leurs prisonniers dans un délai de vingt jours, et une amnistie générale est décidée. L’armée française ouvre grandes les portes des centres de détention alors que l’ALN ne libère pas tous ses prisonniers, loin s’en faut. Enfin, qui oserait passer sous silence les 750 militaires français, tués, assassinés ou enlevés après le 19 mars 1962 ?
On constatera aussi que l’ensemble des textes encadrant la fin de ce conflit fixe la fin de la campagne officielle sur ce théâtre d’opération au 2 juillet 1962 (date de l’indépendance algérienne), comme l’atteste le décompte des services de tous les personnels militaires qui y ont séjourné entre le 19 mars et le 5 juillet 1962, et la carte du combattant aux ayant droits est attribuée pour les services effectués en Algérie jusqu’au 1er juillet 1964, ce qui porte à reconnaître implicitement que la guerre n’a pas pris fin le 19 mars 1962.
Pourquoi commémorer le début d’un massacre ?
L’histoire retiendra que la guerre d’Algérie a fait un nombre de victimes triple après sa fin « officielle » qu’avant ! A titre d’exemple, pour la seule population européenne, le nombre des disparus s’élève à 332 sur les huit premières années de guerre et jusqu’au 18 mars 1962. Il est de 1253 du 19 mars 2022 à la fin de la même année. (1) A lui seul, le fait historique de violation des clauses du cessez-le-feu par le FLN interdit décemment d’en commémorer le souvenir. Pour tous ceux, hommes, femmes et enfants, combattants ou civils, qui ont perdu la vie après le 19 mars, et pour leurs proches, cette date ne signifie en aucun cas la fin de la guerre d’Algérie. Vouloir à tout prix passer outre en commémorant ce soi-disant « cessez le feu » que l’on peut transposer en « commencez le massacre », c’est accepter de trahir leur mémoire, voire de relativiser ces massacres ou pire de les oublier.
N’est-ce pas une attitude outrageante à l’égard de ceux qui sont morts en Afrique du Nord pour la France, ceux qui en sont revenus meurtris dans leur chair et dans leur âme, ceux qui ont fait leur devoir pour leur pays ? L’UNC, qui perpétue depuis maintenant un siècle le souvenir des combattants morts pour la France ou pour le service de la nation et sert leur mémoire, ne peut se résoudre à ce déni d’honneur en 2022, fidèle à la position qu’elle a adoptée dès 1963 et dont elle n’a jamais dévié. Pour autant, l’UNC qui a une lecture réaliste, assumée, décomplexée et constructive de l’Histoire de la France est tout à fait disposée à discuter d’une date qui fasse l’unanimité et qui pourrait être le 16 octobre, date de l’inhumation du Soldat inconnu d’Afrique du Nord à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette, ou mieux, le 11 novembre, la loi du 28 février 2012 faisant de cette journée nationale une journée d’hommage à tous les » Morts pour la France », quel que soit le conflit.
(1)Un silence d’État, Jean-Jacques Jordi, Sotéca, p. 158.

LES ENJEUX MARITIMES DE LA SECURITE ALIMENTAIRE EN FRANCE

 

EXTRAIT DE LA REVUE TRIMESTRIELLE DE LA FNAM
La fédération nationale André Maginot à laquelle l’association nationale de marins et anciens marins est affiliée depuis 2021 a expédié à tous les adhérents de l’ANMAM le numéro du premier trimestre 2022. Vous y trouverez un article sur l’ANMAM que nous vous invitons à prendre connaissance (voir extrait ci-dessous).

A la semaine prochaine (semaine 15).
bonne lecture.
Le comité de rédaction.