Accueil | Entraide aux marins et leurs familles

Entraide aux marins et leurs familles

L’Association nationale de marins et anciens marins (ANMAM), reconnue d’intérêt général, est une association régie par la loi de 1901. Dans le volet social qu’elle veut développer conformément à ses statuts, l’ANMAM se doit de venir en aide à celles ou ceux qui sont ponctuellement en grande difficulté passagère occasionnée par les aléas de la vie.

L’ANMAM vient en aide à ses adhérents, aux familles des personnels qui servent dans la Marine Nationale, de commerce, de pèche lorsqu’elles connaissent de graves difficultés. En partenariat avec d’autres institutions nationales à vocation sociale, l’ANMAM étudie tout recours aux bénéficiaires. Sa force est la rapidité d’intervention, grâce à l’utilisation de la visioconférence pour réunir les décideurs pour l’octroi de l’aide apportée. La structure associative offre une souplesse d’action et une réactivité que ne permettent pas toujours les structures officielles.

En partenariat avec la CABAM (Cellule d’aide aux blessés et d’assistance aux familles de la Marine), l’association participe partiellement au financement  des stages de reconstruction pour les marins blessés.

Cette action est effectuée en relation avec la direction du personnel militaire de la Marine et du Ministère des
Armées.

L’ANMAM cherche également à favoriser la formation professionnelle des blessés et des conjoints de marins qui ont souvent dû mettre de côté une continuité d’emploi, voire la possibilité d’en exercer un, pour répondre aux contraintes de mobilité et d’absence du marin.

L’ANMAM entretient des relations avec l’Action Sociale de la Défense (ASD), les principales associations liées à la Marine Nationale anciens marins (sauf Fammac qui possède une structure de secours en faveur de leurs ressortissants appelée AEAMMAC), AEN, ACORAM, FNOM.) ou aux autres armées et ayant le même objet social (ADO, FOSA, Solidarité Défense, Terre Fraternité, Ailes Brisées, ANFEM…) la caisse nationale de Sécurité Sociale militaire et la Mutuelle Nationale Militaire ainsi que les mutuelles GMPA et AGPM (Fortego), UNEO, ou encore France Mutualiste.

L’ANMAM est représentée dans les ports de Brest, Cherbourg, Lorient et Toulon, l’association est représentée par un délégué. Les questions sociales sont instruites et suivies par une commission pilotée par le président national.

Rejoindre  L’ANMAM : si vous souhaitez adhérer il suffit de cliquer sur le bouton ci-dessous :

Renseignements auprès de l’ANMAM (Association Nationale de marins et Anciens Marins)

Brest : 06 24 60 73 44  – Toulon : 06 59 43 42 10  (heures de bureau les jours ouvrables).

La Société Nationale des Sauveteurs en Mer

La Société Nationale des Sauveteurs en Mer est une association. Elle a pour vocation de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer ou sur le littoral.

logo-snsm

La nécessité d’assurer la sauvegarde de la vie humaine le long des côtes du littoral français et en outre-mer est apparue depuis très longtemps. En effet, depuis 1825 et la création à Boulogne sur mer d’une première société de sauvetage portant le nom de « Société Humaine des Naufrages », plusieurs sociétés de sauvetages essaient de voir le jour.

En avril 1834 est créée la société humaine de Dunkerque, suivie par la suite de celles de Calais, Rouen, Bayonne, Dieppe, et Montreuil sur Mer. Ces sociétés possèdent toutes un point commun, celui d’assurer la surveillance des plages et l’assistance des navires en péril.

L’Amiral de Genouilly

Grâce à la fondation en 1865 de la société centrale de sauvetage des naufragés (la SCSN), sous la présidence de l’Amiral de Genouilly, un début de centralisation apparaît en France, et regroupe toutes les petites sociétés, dédiées à chaque ville.

En 1873 sont créés les hospitaliers sauveteurs bretons (HSB). Ces derniers sont également spécialisés dans le secours aux personnes. Leur mission est d’aider à faire face à tous les accidents de la vie, aux incendies, aux inondations ainsi qu’aux dangers de la mer.

Ces deux sociétés ont exécuté leur mission jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, période à partir de laquelle les deux sociétés ne pouvaient plus répondre aux besoins de l’ensemble du littoral du territoire français, notamment à cause des métiers de la mer qui étaient en train de se développer. Après l’union de ces deux sociétés, c’est en octobre 1967 que voit le jour la Société Nationale des Sauveteurs en Mer.

Comme expliqué plus haut, la mission principale de l’association est de sauver des vies humaines, en mer et sur le littoral. Également, elle possède d’autres missions. En effet, elle forme les sauveteurs et elle participe aux missions de sécurité civile. De plus, elle assure une mission de service public en France métropolitaine et en Outre-mer (à la Réunion, aux Antilles, en Nouvelle Calédonie, à Mayotte, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Guyane).

Les Sauveteurs en Mer assurent quatre activités opérationnelles :

        1. Les sauvetages en mer : ils sont effectués à partir des 214 stations et sur les alertes des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage.

        2. Les sauvetages sur le littoral : en assurant la formation, la qualification et le suivi des nageurs sauveteurs qui surveillent les plages l’été sous la responsabilité des maires.

        3. Des missions de sécurité civile : effectuées par les sauveteurs bénévoles des centres de formation et d’intervention de la SNSM, dans le cadre de manifestations publiques à la fois nautiques ou terrestres.

        4. De la prévention et de la sensibilisation à la sécurité auprès du grand public : via l’organisation de conférences, de démonstrations, d’initiations ou d’ateliers.

 

anmam-snsm-sauveteur

Les Sauveteurs en Mer interviennent à la demande des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS).

Ils effectuent à la fois les opérations de recherche en mer, ils assistent les navires en difficulté, ils évaluent l’état des personnes à secourir, ils peuvent également leur apporter les premiers soins.

Parfois, ils ramènent les blessés et les naufragés sur la terre ferme où d’autres organismes de secours les prennent en charge à ce moment-là.

Les sauveteurs en place sur le littoral assurent une surveillance constante de la baignade sur les plages. Les nageurs sauveteurs de la SNSM sont les premiers présents en cas d’incident. Formés au secourisme et aux interventions en milieu aquatique, ils constituent le premier maillon de la chaîne des secours sur le littoral.

Dans cadre d’une organisation d’une manifestation publique comme une manifestation sportive ou un concert, un poste de secours peut être obligatoire.

Les Sauveteurs en Mer peuvent alors apporter leur aide afin de mettre en place ce poste de secours.

Afin d’être active sur les côtes françaises et d’être opérationnelle le plus rapidement possible, la SNSM se doit d’avoir du matériel en conséquence, et en très bon état. C’est pour cela que la flotte de l’association est en perpétuelle évolution.

En effet, la SNSM est à la tête d’une flotte de près de 760 moyens nautiques répartis en plusieurs catégories de véhicules nautiques. Au sein de cette flotte, on trouve :

        • 41 canots tous temps,

        • 35 vedettes de 1ère classe,

        • 75 vedettes de 2e classe,

        • 42 vedettes légères,

        • 90 véhicules nautiques à moteur tels des scooters des mers,

        • 473 pneumatiques dont 192 semi-rigides.

 

L’entretien et le renouvellement de tous ces véhicules coûte beaucoup d’argent à l’association. Effectivement, l’acquisition et l’entretien des navires, et de façon plus générale, de tous les moyens nautiques nécessaires à la réalisation de la mission de l’association, représentent un investissement d’environ 12 millions d’euros par an.

En tant qu’association de droit privée, le financement de la SNSM repose essentiellement sur la générosité des donateurs particuliers et des entreprises mécènes.

Pour faire un don à l’association, afin de soutenir cette cause remarquable, voici le lien : https://don.snsm.org/soutenir

VEAU Antoine