Accueil | Édition 2022

Édition 2022

LA COURSE DU FIGARO EN SOLITAIRE 2022

1ère ÉTAPE

Frédéric Duthil gagne la première étape sur son bateau Le journal des Entreprises. Il est arrivé le premier à Port-la-Forêt ce jeudi matin, juste devant Davy Beaudart sur Nauty’mor. Le nantais Philippe Hartz (Marine Nationale) a pris une très belle troisième place.

La première étape de la 53e édition de la Solitaire a vécu un formidable dénouement ce jeudi matin.
Un trio de tête s’est détaché du reste de la flotte après avoir pris l’option payante de contourner Ouessant par l’Ouest, là où la plupart des autres concurrents avaient choisi de passer entre l’île et le continent.
À ce petit jeu, c’est Frédéric Duthil (Le journal des Entreprises), habitué de la Solitaire du Figaro, qui a le mieux tiré son épingle du jeu dans les toutes dernières heures de course. Bord à bord avec Davy Beaudart (Nauty’mor), il s’est imposé d’extrême justesse devant ce dernier, à 10 h 05.
Le nantais Philippe Hartz (Marine Nationale) juste derrière eux, a pris une superbe troisième place, à seulement quatre minutes du vainqueur.
Les autres skippers sont attendus un peu plus tard dans la matinée.
Le départ de la deuxième des trois étapes est prévu dimanche à Port-la-Forêt.

2ème ÉTAPE
Les 33 skippers se sont élancés ce dimanche depuis Port-la-Forêt, direction Royan via les îles anglo-normandes et l’Angleterre.
Après trois jours de repos en Finistère, les choses sérieuses reprennent ce dimanche. 635 milles sont proposés aux 33 concurrents encore en course, l’Irlandais Connor Fogerty (Immunex365.co.uk) ayant abandonné pour raison médicale. 635 milles pour costauds où une vigilance de tous les instants sera primordiale. Le leader du classement général, Davy Beaudart (Nauty’mor) s’attendait à de l’action dès la première nuit avec l’arrivée d’un vent d’Est Nord-Est bien joufflu : « Il va y avoir quelques heures ‘poney’ comme on dit. J’aime bien ces petits bords un peu bourrins. J’aime bien quand ça va vite en fait. Comme je suis quelqu’un de conservateur, je vais faire en sorte de conserver mes voiles et mon bateau intacts.»
Faire l’accordéon
Après une marque à laisser à bâbord dans les îles anglo-normandes, atteinte au près donc, la cavalcade sous spi vers le phare d’Eddystone en Angleterre et la chaussée de Sein pourra commencer. «À ce moment-là, je ne vais pas penser au classement, on verra à l’arrivée. Sur le parcours, il y aura des zones où il y aura des regroupements. En fait, il y a deux phases de course assez distinctes. La Manche qui va être très forte où cela va aller très vite avec peut-être des écarts en milles assez importants. Mais dès que l’on va revenir en Atlantique, cela va se retasser un peu. Faire l’accordéon. Sur la fin, vers Royan, il y aura des petites dépressions orageuses. On ne sait pas comment on va être mangé. Cela peut créer de gros écarts comme un regroupement de la flotte avant l’arrivée», confiait en quittant les pontons l’amateur éclairé, patron d’un chantier naval à Hennebont.
Mêmes sentiments pour Loïs Berrehar (
Skipper Macif 2022), 13e au classement général avec 1 h 51′ de débours sur le leader : «Nous allons avoir un départ assez paisible où il faudra être quand même vigilant car il y a ici pas mal de cailloux. Mais cela va être temporaire… Le début de cette deuxième étape va en effet être sport. Avec un passage du Four et une remontée vers les Anglo-Normandes au près, plutôt simple mais vraiment tonique. Les deux traversées de Manche, elles, seront très très toniques. Il faudra être en forme pour rejoindre Eddystone et la chaussée de sein sous spi serré. Des allures où il faut être à la barre la plupart du temps alors qu’on sera entre 13 et 14 nœuds de vitesse pendant une quinzaine d’heures. Bien trempé. Ensuite, cela va être particulier, avec des petits centres dépressionnaires qui vont se créer, avec sans doute des orages. Avec donc de l’instabilité et ainsi des vents compliqués et capricieux. Pour faire une feuille de match précise ce n’est pas évident. Il faudra adapter sa stratégie avec les yeux bien ouverts.»
La bagarre de sanglier va pouvoir débuter en cette belle journée ensoleillée. Les bateaux étant espérés en Charente-Maritime jeudi dans la journée.

3ème ÉTAPE
Partis dimanche 4 septembre de Royan (Charente-Maritime), les premiers skippers ont franchi la ligne d’arrivée, ce mercredi 7 septembre, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Tom Laperche, vainqueur de cette 3e étape, fait coup double et s’adjuge également le classement général final de cette 53e édition de la Solitaire du Figaro.
Après plus de 3 jours, 6 heures, 54 minutes et 48 secondes de course, Tom Laperche (Région Bretagne – CMB Performance) a été le premier à franchir la ligne d’arrivée de la 3e étape de la Solitaire du Figaro ce mercredi 7 septembre.
Le skipper de 25 ans a été le plus rapide lors de cette 3e étape disputée entre Royan (Charente-Maritime) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Alors qu’il n’était que 3e du classement provisoire avant cette ultime étape de la Solitaire du Figaro, à 15 minutes et 48 secondes de Guillaume Pirouelle, Laperche a rattrapé son retard sur le skipper de 
Région Normandie. Vainqueur des courses d’avant-saison, le Trinitain était le grand favori de cette 53e édition.
Lui qui n’avait jamais réussi à remporter une étape sur la Solitaire, bien qu’il ait terminé 3e en 2020 et 2021, s’adjuge donc l’ultime étape, synonyme de victoire finale.